mardi, 05 octobre 2010

Constituante: Lettre ouverte à Pascal Décaillet, chantre de Dark Vador et des lendemains qui déchantent

Décaillet.jpgCher Monsieur Décaillet,

Rédiger des commentaires pamphlétaires pour défendre le "Côté obscur de la Force", défendre un projet rétrograde qu'au fond seul un parti d'extrême droite, en déconfiture à Genève (ne vous en déplaise), est actuellement en mesure de soutenir*, quand bien même il s'est opposé au processus de révision constitutionnel, c'est votre droit. Cela étant, prétendre à tort et à travers que la gauche est mauvaise perdante et antidémocratique est une escroquerie intellectuelle. Vous prétendez substituer la volonté de la majorité réactionnaire de l'Assemblée à la seule majorité qui compte en démocratie. celle du peuple.

Parce que vous savez que cette majorité populaire vous donnera tort, à vous et à tous ceux qui veulent, comme vous avez au moins l'honnêteté de le reconnaître, le démantèlement du droit et le retour à l'Etat de police où le faible est livré à l'arbitraire du fort**, vous prétendez que la droite ultraconservatrice et revancharde de ce canton a, elle, le DROIT de se faire plaisir pendant 6 mois de plénières, adoptant un texte dont elle sait pertinemment qu'il n'a aucune chance, nous faisant ainsi perdre notre temps, et au contribuable son argent que d'ordinaire les gens de votre bord prétendent si précieux. Est-il besoin de rappeler qu'une année de Constituante coûte 4 millions de francs au contribuable?

C'est vrai, ces affrontements stériles sont sans doute plus vendeurs que tenter de tisser patiemment un compromis, comme nous l'avons essayé au sujet des communes. Heureusement pour vous qui voulez en découdre avec celles et ceux qui ont le tort d'avoir un idéal de justice plutôt que d'obscurantisme, la droite libérale n'est prête au compromis que lorsqu'elle ne peut compter sur le soutien des forces d'extrême droite. La Sainte-Alliance libérale-conservatrice étant désormais reformée pour défaire ce que le peuple a fait, réjouissez-vous: la chasse aux oiseaux de bon augure, adeptes de lendemains qui chantent, est à nouveau ouverte.

Social-démocratiquement vôtre,

Cyril Mizrahi, chef du groupe socialiste pluraliste à la Constituante

 

* La droite libérale, quant à elle, ne soutient pas plus que la gauche le projet en l'état, car elle s'oppose à l'élargissement des droits démocratiques et à la baisse, pourtant adoptée démocratiquement en plénière, du nombre de signatures pour les référendums et initiatives.

** « Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit » Jean-Baptiste Henri Lacordaire, en religion le père Henri-Dominique Lacordaire, (1802-1861), religieux, prédicateur, journaliste et homme politique français.

Commentaires

Cher Collègue Constituant,

Les coûts de la constituante et son probable échec en votation étaient les raisons principales pour lesquelles l'UDC s'était opposée à elle. Ces craintes s'avèrent, vous l'affirmez vous-mêmes, de plus en plus fondées. Admettez donc aussi que votre parti s'est trompé en recommandant l'acceptation du principe de la constituante.

Meilleures salutations.

Écrit par : Pierre Scherb | mardi, 05 octobre 2010

A QUOI BON PERDRE SON TEMPS, ET DÉPENSER DES MILLIONS DE FRANCS, POUR UNE NOUVELLE CONSTITUTION GENEVOISE, QUI DÉRAPE DÉJÀ, ET QUE LES AUTORITÉS VONT S'EMPRESSER D'IGNORER LORSQUE CELA LES ARRANGERA.

Étant frontalier depuis début 2001, mais genevois d'origine, j'ai à plusieurs reprises invoqué la Constitution Genevoise, pour revendiquer l'égalité de traitement entre les genevois expatriés et les genevois résidents à Genève, notamment en matière fiscale et en matière de tarification hospitalière appliqués aux frontaliers, en invoquant l'article 2 "Égalité devant la loi" de la Constitution Genevoise du 24 mai 1847, lequel précise :

1) Tous les Genevois sont égaux devant la loi.
2) Le peuple genevois renonce à toute distinction de territoires et à toute inégalité de droits qui pourraient résulter soit de traités, soit d'une différence d'origine entre les citoyens du canton.

A la lumière de ce qui précède, pourquoi un genevois d'origine, résidant en France, doit-il aller jusque devant le Tribunal fédéral suisse pour faire valoir son droit à l'égalité de traitement ?

Pourquoi les instances genevoises inférieures l'ont-elles chaque fois débouté alors qu'il est patent qu'il avait raison depuis le premier jour. En effet l'ALCP est applicable d'office et immédiatement, s'agissant d'un traité international qui prime sur le droit national.

De surcroit, la Commission de recours en matière d'impôts (CCRI) lui réclame plus de CHF 1'000.-- d'émoluments de décisions, alors-même que le Tribunal fédéral a reconnu qu'il avait raison et que le Tribunal administratif a reconnu qu'il avait été victime de dénis de justice, de violations au devoir de célérité et de violations à l'égalité des armes de la part de ladite Commission de recours.

Dans le cadre de ses trois recours devant la CCRI jugés en 2008, il y a eu respectivement 71.4 %, 66.67 % et 62.5 % de commissaires notoirement ou probablement hostiles aux frontaliers, dont chaque fois une forte proportion de membres du MGC et de l'UDC. Cela ne vous fait-il pas un peu penser au tirage au sort du jury dans l'affaire de la BCGe ?

Jusqu'à ce jour, la CCRA à chaque fois éludé les questions de l'intéressé à ce sujet. Genève est-elle réellement la République bananière ou règne la politique des petits copains qui est décrite tant de fois dans les différents blogs ?

Pourquoi Les Hôpitaux Universitaires Genevois continuent-ils à discriminer les frontaliers, même genevois, en matière de tarification hospitalière, alors que l'Arrêt du Tribunal fédéral du 26 janvier 2010 a clairement précisé que les frontaliers qui obtiennent plus de 90 % de leurs revenus en Suisse ont droit à la protection de l'article 9 al. 2 Annexe I ALCP, lequel précise que les travailleurs frontaliers ont droit aux mêmes droits sociaux et fiscaux que les travailleurs nationaux résidents en Suisse ?

Monsieur François Unger se plaint que Genève ne peut accueillir une société internationale avec 5'000 employés, faute de logements à Genève. La Politique du Gouvernement Genevois , par pur esprit de lucre, pousse les résidents genevois à s'expatrier en France voisine, puisque le coût de la vie à Genève est tiré vers le haut par le pouvoir d'achat incroyablement élevé de ces expatriés.

Les résidents genevois qui se résignent à s'expatrier en France voisine, donc nouveaux frontaliers, seront ensuite traités comme des pestiférés lorsqu'ils viendront travailler à Genève avec des plaques françaises alors même que les employés des multinationales fraichement arrivés à Genève seront royalement traités.

Honte aux autorités étatiques genevoises, à la justice genevoise, ainsi qu'aux partis bourgeois, à Genève, notamment le PDC !

Frédéric Vahlé

Écrit par : Frédéric Vahlé | mardi, 05 octobre 2010

@mon collègue Pierre Scherb: je l'admets, la droite "modérée" a donné raison à tous ceux qui ne voulaient pas prendre le risque d'une réforme de nos institutions.
@M. Vahlé: j'admets aussi qu'une nouvelle constitution ne peut pas régler tous les problèmes. J'espérais, comme je suis optimiste, qu'elle pourrait contribuer à en régler certains.

Écrit par : Cyril Mizrahi | mardi, 05 octobre 2010

Tu ignores le pouvoir du Côté Obscur, jeune Padawan.
Dark Vador

Écrit par : Murat Julian Alder | mardi, 05 octobre 2010

Le show,l'état spectacle, est assuré par les mouvement populistes , la claque par un journalisme de connivence qui met en scène les ténors de ces opéras de quat'sous on y applaudit les trémolos on compte les fausse notes et le show must go on, encore une "Tournée" une diva sur le divan de Léman Bleu.
l'histoire la politique le sens :absences...

Écrit par : briand | mardi, 05 octobre 2010

Je n'ignore pas les difficultés à rédiger une nouvelle constitution, je me pose juste une question : la constituante a t'elle été élue librement par les électeurs qui a donné (malheureusement ou heureusement?) une majorité que cela plaise ou non à certains????
Si la majorité était de gauche les réactions de la droite seraient exactement les mêmes pour d'autres raisons. Que faudrait-il a Genève?, une éventuelle dictature de droite ou de gauche pour accepter le verdict des urnes sans toujours râler. Quand je lis certaines déclarations je me demande pourquoi des scrutins populaires sont toujours organisés si c'est pour en contester la légitimité, pour demander la dissolution ou l'annulation du vote pour incompatibilité d'humeur ou divergence d'opinion. Vive la démocratie quant elle va dans notre direction!!!!

Écrit par : grindesel | mardi, 05 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.