mardi, 05 mars 2013

TPG: entendre la volonté populaire et aller de l'avant!

Dans une interview parue aujourd'hui dans la Tribune, Michèle Künzler esquisse des solutions concrètes pour appliquer l'initiative de l'AVIVO, qui, malgré sa rédaction problématique, n'en a pas moins été acceptée par le peuple (rappelons-le: la majorité de droite du Grand Conseil avait jugé bon de s'opposer, contrairement à l'Alternative, à tout contre-projet, préférant sans doute la politique du pire).

A côté (en plus) du tarif TPG fixé dans la loi, le tarif Unireso peut être maintenu, dixit la ministre des transports, puisqu'il n'est pas fixé dans la loi. Une attitude constructive et respectueuse de la volonté populaire, à saluer. Cela permettrait à la fois aux jeunes de continuer de bénéficier du tarif actuel, et à celles et ceux qui veulent utiliser plusieurs moyens de transport de pouvoir continuer à le faire, avec un seul ticket. Les autres pourront bénéficier des tarifs abaissés voulus par le peuple. Reste la question du financement. Car si le prix est important, le développement et la qualité de l'offre le sont également.

Et si les coûts externes de la route étaient davantage payés par les utilisateurs et utilisatrices de véhicules motorisés privés, par ex. via un péage urbain de type macaron (payable par jour de circulation en ville)? Ainsi, la population serait vraiment incitée à utiliser les transports publics, la circulation diminuerait au centre (20% à Stockholm) et la baisse de tarif serait financée, voire pourrait même être amplifiée.

12:26 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonne idée sauf que le péage n'est pas nécessaire.
Je vous encourage à lire l'article de la Tdg de ce jour sur la révolte de l'automobiliste vache à lait.
On y découvre que sur 10 milliards de taxes et redevances payées par les automobilistes, seuls 2,9 milliards vont clairement à la route !

Écrit par : Pierre Jenni | mercredi, 06 mars 2013

Pourquoi les cyclistes ne paieraient-ils rien alors que les infrastructures les concernant de façon spécifiques n'ont cessé de croire?Même la mobilité douce a un coût et il doit être supporté par ses utilisateurs selon le principe qui vous est cher "utilisateur-payeur".

Cessez une fois pour toute de vouloir transférer à l'aveugle les usagers de la route aux TPG, ceux-ci n'ont déjà pas la capacité d'absorber l'existant. Il suffit de prendre un tram en cours de journée pour s'en rendre compte.

Le plus démoralisant dans tout ça est l'aveuglement des ultras de l'immobilité, l'administration mise en place par Cramer, et l'incompétence crasse de Mme Kunzler qui nous joue le numéro de caliméro. Pathétique comportement. Quand on gouverne on assume et si on peut pas on dégage.

Sauf erreur vous étiez à la constituante,non?
Si OUI, alors relisez-la, il y a un article qui parle de libre choix et surtout de fluidité. Ce dernier mot ne figurait pas dans l'ancienne constitution et il change tout.
Fini cette ingéniosité à perturber le trafic routier par des feux désynchronisés et autres joyeusetés. Merci à ceux qui ont fait que ce terme figure dans la nouvelle constitution dont notamment Mme Roy, Mess Chevrolet, Hentsch et Dimier. Les usagers qui veulent jouir de cette liberté garantie par la nouvelle constitution leur doivent une fière chandelle!

Pour ce qui est de l'initiative de l'AVIVO, il est assez grave, comme vous le dites, qu'aucun contre projet n'aie vu le jour. Cela montre le niveau de compréhension de ce parlement, notamment du côté des Verts, du MCG et de l'UDC sur ces questions.

Écrit par : geopolis | jeudi, 07 mars 2013

Les commentaires sont fermés.