lundi, 23 septembre 2013

Grand Conseil: mes valeurs, mon bilan, mes projets pour Genève

Photo Cyril Mizrahi.jpgChères et chers ami-e-s, Mesdames, Messieurs,

Le 6 octobre, le peuple est appelé à élire les autorités qui gouverneront Genève jusqu'en 2018; c'est une occasion unique d'influer sur la manière dont le canton sera dirigé ces prochaines années. Vous avez peut-être déjà reçu le matériel de vote ou allez le recevoir ces prochains jours. Permettez-moi de vous adresser ces quelques lignes sur ma candidature au Grand Conseil, sur la liste n°2.

Mon parcours: Malvoyant depuis ma naissance (il y a 34 ans), je m’engage depuis plus de 15 ans pour les droits des personnes handicapées. Après avoir travaillé plusieurs années dans le secteur associatif, je suis depuis 2009 avocat indépendant, principalement dans les domaines de la sécurité sociale, des droits fondamentaux et du droit des associations. Parallèlement, je poursuis mon engagement associatif à titre bénévole, comme président de la Fédération genevoise des associations de personnes handicapées et de leurs proches (FéGAPH), mais aussi vice-président de l'association Rives publiques.

Mes valeurs, ou pourquoi j'ai choisi le PS: Depuis 15 ans également, je m'engage au sein du PS parce que la lutte pour l'égalité et contre toute forme de discrimination y occupe une place centrale. J'ai aussi la conviction qu'un autre monde est possible, basé sur la participation de toutes et tous et la préservation des ressources naturelles plutôt que sur la seule loi du profit.

Mon bilan: En tant que constituant, je me suis battu durant les quatre années de travaux, conformément à mes engagements, pour préserver les acquis de l'ancienne constitution, notamment en termes de services publics et de droits fondamentaux, mais aussi pour faire avancer l'égalité, par exemple en intégrant dans la nouvelle charte le niveau de protection le plus élevé de Suisse pour les personnes handicapées, ou encore la formation obligatoire jusqu'à 18 ans, une première dans notre pays. A la Constituante comme au sein du Conseil municipal de ma commune (Lancy), j'ai privilégié le dialogue et la politique des petits pas - sans jamais perdre de vue les objectifs de fond.

Mes projets: C'est au cours de la prochaine législature que le Parlement devra mettre en oeuvre la nouvelle constitution. Cela me tient à coeur, car il s'agit de transformer des principes novateurs en améliorations concrètes pour chacune et chacun. Par exemple, je souhaite garantir l'accès des personnes handicapées aux lieux publics et au logement, encourager les coopératives d'habitations et la construction de logements abordables, soutenir l'économie sociale et solidaire, les entreprises coopératives et celles qui s'engagent contre toutes les formes de discriminations.

Comment voter? Si vous partagez mes valeurs, je vous encourage à voter pour la liste PS (n°2 au Grand Conseil, n°1 au Conseil d'Etat), soit en utilisant la liste imprimée, soit la liste vierge en n'oubliant pas d'inscrire le numéro de la liste en haut. Vous pouvez également ajouter mon nom sur la liste de votre choix. Pour chaque candidat-e inscrit ou ajouté sur votre bulletin (attention, le cumul est interdit!), vous attribuez une voix au candidat ou à la candidate, et une à sa liste. Le reste des 100 suffrages non attribué à des candidat-e-s donne autant de voix à la liste inscrite en haut du bulletin, à défaut ces suffrages restants sont perdus. Les sièges sont répartis entre les listes selon les suffrages de liste obtenus, puis à l’intérieur de la liste aux candidat-e-s qui ont le plus de suffrages de personnes.

Pour en savoir plus

- Le site du PS: http://www.ps-ge.ch/category/elections-cantonales-2013/

- Mon blog: http://cyrilmizrahi.blog.tdg.ch

- Ma page Facebook: https://www.facebook.com/cyrilmizrahi

- Mes réponses aux questionnaires et demandes de diverses associations: http://cyrilmizrahi.blog.tdg.ch/archive/2013/09/17/associ...

- Le Manifeste pour une Genève qui facilite la vie des personnes handicapées: http://fegaph.ch/manifeste-2013-2018/

Je suis à disposition pour discuter des enjeux de cette élection et serais honoré de votre soutien - chaque voix compte!

Merci et à très bientôt!

Cyril Mizrahi
Candidat au Grand Conseil (liste 2, PS)

11:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | |

vendredi, 20 septembre 2013

Grand Conseil: mes réponses aux questionnaires et demandes des associations

Malheureusement, faute de moyens, Smartvote n'est pas disponible pour les élections au Grand Conseil et au Conseil d'Etat de cet automne. C'est dommage, car malgré ses imperfections, c'est un outil permettant plus de transparence sur les positions des candidates et candidats, et donc aux électeurs et électrices de voter en toute connaissance de cause. Car même si les partis permettent de voter pour des idées et pas seulement des personnes, ils ne sont pas pour autant des monolithes.

Heureusement, de nombreuses associations ont décidé de contacter les candidates et candidats au Grand Conseil et au Conseil d'Etat pour leur poser des questions. La FEGEMS, ainsi que la FéGAPH, que j'ai l'honneur de présider, ont opté pour une autre formule, à base de charte ou de manifeste. Enfin, les associations mettent souvent en avant leurs membres ou les personnes qui s'engagent plus intensément comme membres de leurs organes dirigeants.

La démarche des différentes associations est une contribution utile à la campagne, et j'ai donc répondu au plus près de ma conscience à toutes les sollicitations reçues. Dans le prolongement de cette démarche de transparence permettant de faire mieux connaissance, je vous propose ci-dessous le détail de toutes mes réponses:

Questionnaires

Déclarations reçues et signées

Autres associations dont je suis membre (liste probablement non exhaustive; lorsqu'il n'y a pas de lien, cela signifie que l'association n'a pas publié la liste de ses membres qui ont fait acte de candidature)

  • Groupement des indépendants et entrepreneurs progressistes (GEIP)
  • Pro Velo
  • Nouveau mouvement européen suisse (Genève) (liste des candidatures non disponible sur Internet)
  • Amnesty
  • Association des juristes progressistes (AJP) Genève
  • Association Handicap Architecture Urbanisme (membre du comité)
  • Fédération suisse des aveugles et malvoyants (Genève)
  • Groupement romand de skieurs aveugles et malvoyants
  • Rives publiques (vice-président)

19:02 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | |

vendredi, 13 septembre 2013

Instance de médiation : pour une fois, je suis plutôt déçu en bien par le Conseil d’Etat

Soyons clairs. Le Conseil d’Etat est en fin de règne, dans tous les sens du terme. Sur la mise en œuvre de la nouvelle constitution, il choisit d’avancer vite, pour le meilleur et pour le pire (j’y reviendrai), sur certains thèmes qu’il juge importants. Les droits des personnes handicapées, pour ne citer que cet exemple, n’en font visiblement pas partie. Il est dès lors logique qu’aucun des sortants qui se représentent n’ait signé le Manifeste pour une Genève qui facilite la vie des personnes handicapées. C’est dire, si, pour des raisons peut-être différentes, je partage, une fois n'est pas coutume, l’analyse d’un Pascal Décaillet : un bon coup de balai à la tête de l’Etat s’impose. 

Sans parler de la méthode choisie par le Conseil d’Etat pour cette mise en oeuvre : aucune consultation, contrairement au mandat constitutionnel qui lui incombe. On prépare tout cela dans le secret des couloirs des secrétariats généraux. Là encore, j’y reviendrai.

Mais je m’en voudrais de ne faire que tirer sur l’ambulance, alors qu’après le début de la mise en œuvre de la formation obligatoire jusqu’à 18 ans et l’annonce du vrai-faux retour du tram 13, une rare occasion supplémentaire de se réjouir nous est offerte : la concrétisation de l’instance de médiation entre l’administration et les administrées et administrés. 

Le Conseil d’État a en effet présenté mercredi 11 septembre 2013 l’excellent rapport préparé par Fabienne Bugnon sur la question. Il envoie un projet de loi en ce sens au Grand Conseil. Pas de consultation, une fois de plus, ce qui aurait permis d’examiner un peu plus sérieusement quelques questions épineuses, comme celle de l’indépendance de l’instance à créer, problématique dans le projet, ou encore le mode de désignation dont la constitutionalité est plus que douteuse.

Mais comme je le disais, je suis d’humeur positive. Car, comme la formation obligatoire jusqu’à 18 ans ou encore les liaisons directes en tram, ce qu’on appelle dans le monde francophone une instance de médiation (plus connu sous d’autres contrées comme un Ombudsman ou Ombudsoffice) est une bonne nouvelle pour tout le monde, et pour les personnes handicapées en particulier. 

En matière de politique du handicap, l'instance de médiation est un outil indispensable, car les personnes handicapées sont souvent les premières victimes des aberrations de l’État, les premières à souffrir de politiques publiques qui les ignorent ou de responsables politiques qui ne les consultent sur des projets qui les concernent pourtant.

On le voit lorsqu’il est question d’aménagement d’espaces publics. On en souffre lorsqu’il est question d’accès à une prise en charge adaptée. On ne peut rester silencieux lorsqu’il est question d’accès à la formation. Et, plus symboliquement mais tout aussi important, on endure en permanence une communication de la part des autorités qui n’est pas adaptée aux personnes handicapées.

L’instance de médiation devra donc absolument pouvoir accéder aux dossiers des personnes concernées et œuvrer pour l’application des droits des personnes handicapées. Elle aura aussi un rôle tout particulier pour assurer que toute personne puisse effectivement exercer ses droits politiques.

Et, ces jours, avant les élections renouvelant nos autorités cantonales, l’exercice des droits politiques est central. À voir le nombre de candidates et candidats ayant déclaré être en situation de handicap ou être proche d’une personne handicapée en signant le Manifeste pour une Genève qui facilite la vie des personnes handicapées, on voit que la politique du handicap nous concerne toutes et tous.

Je suis donc « déçu en bien » de voir que le Conseil d’État agit pour mettre en œuvre une des avancées de la nouvelle constitution que les organisations de personnes handicapées avaient appelé de leurs voeux. Et je me réjouirais de pouvoir travailler à l’amélioration de ce projet de loi, et plus généralement à une mise en œuvre rapide et participative de la nouvelle constitution, si les Genevoises et le Genevois m’accordent leur confiance le 6 octobre.

11:51 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | |