dimanche, 07 novembre 2010

Constituante: bilan en demi-teinte, malgré les efforts socialistes, de la plénière du 4 novembre

Sur le chapitre de la santé (504)

Le groupe socialiste pluraliste salue l'acceptation par la majorité de l'Assemblée d'une proposition de compromis, initié par notre groupe, sur la santé, garantissant l'accès de toutes et tous aux soins, inscrivant que l'Etat est responsable de la mise en place de mesures de prévention et de promotion de la santé. En outre, la thèse votée prévoit que l'Etat veille notamment à réduire l'impact des facteurs sociaux et environnementaux sur la santé de la population et donne également comme tâche à l'Etat le rôle de soutenir et promouvoir l'action des proches aidants.

Aussi, bien que l'énumération des lieux concernés et l'engagement de l'Etat à prendre des mesures contre la fumée passive aient été biffés des dispositions actuelles, le groupe salue le maintien de l'interdiction de fumer dans les lieux publics dans la Constitution. Il a toutefois manifesté hier soir son fort désaccord avec la suppression de la thèse visant à inscrire dans la Constitution que les établissements publics médicaux sont des organismes de droit public.

 

Sur le chapitre sur l'enseignement et la recherche (505)

Concernant ce chapitre, il convient de relever l'acceptation de dispositions telles que la gratuité de l'enseignement public, l'encouragement aux études par le biais de mesures contre l’échec scolaire et pour l’accès à la formation professionnelle, aux études et à la formation continue, ainsi qu'un soutien de l'Etat aux actions visant à lutter contre l'illettrisme et l'analphabétisme. De même, une thèse intéressante sur la définition des missions de l'Université et les HES a été acceptée par la moitié des membres de l'Assemblée constituante, comprenant également une disposition engageant l'Etat à favoriser la construction de logements pour étudiantes et étudiants.

Cependant, la majorité de l'Assemblée constituante n'a pas voulu saisir la chance de faire quelques réformes intéressantes en matière de formation et d'éducation, notamment sur la proposition de notre groupe, confiant à l'Etat la tâche de garantir à chacun l'accès à une formation professionnelle de qualité (refusée à une voix près). La majorité de droite a également refusé, étonnamment, l'extension de la formation obligatoire en milieu scolaire ou professionnel jusqu’à l’âge de la majorité civique ou de l’obtention d’une formation certifiante. Or, il existe un réel danger d'exclusion sociale des jeunes en "rupture de formation" et c'est le quotidien Le Temps d'aujourd'hui qui rappelle que ceux "qui n’ont pas de formation ou qui l’ont interrompue sont plus que jamais confrontés au risque de se marginaliser et de glisser vers l’aide sociale" et qu'"entre 1999 et 2005, les pourcentages de personnes de moins de 25 ans au bénéfice de l’aide sociale et du chômage ont progressé respectivement de 110% et de 84%".

Cette absence de préoccupation des jeunes s'est également manifestée par le refus de l'inscription de la mise en place par l'Etat d'un système étendu de bourses et d’allocations d’études assurant à leurs bénéficiaires des conditions d’études et de formation décentes.

 

Cyril Mizrahi, chef du groupe socialiste pluraliste - Communiqué du groupe socialiste pluraliste de l'Assemblée constituante du 5 novembre 2010

15:53 | Tags : constituante, santé, enseignement | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | |

lundi, 06 octobre 2008

Fumée passive : la résistance continue !

Depuis le jugement du TF, cela me démangeait d’écrire quelque chose sur mon blog à ce sujet… Mais la colère est souvent mauvaise conseillère, alors je crois que j’ai bien fait d’attendre.

L’arrêt du TF est certes convaincant juridiquement (c’est souvent le cas avec notre Haute Cour, heureusement). Il n’en demeure pas moins qu’un autre raisonnement était possible (comme souvent aussi). L’objet de ce billet n’est cependant pas de rentrer dans la controverse juridique, ni a fortiori de contester la légitimité évidente du TF.

Courage politique
Mais de dire clairement : le Conseil d’Etat a eu raison d’essayer, en s’appuyant sur un avis de droit argumenté, tel que l’a rappelé par la suite Pierre-François Unger. Le Conseil d’Êtat a fait preuve de courage politique. Et il est préférable de faire preuve de courage politique en étant désavoué de temps en temps par le TF, que de rester les bras croisés ou de se cantonner dans de la pure gestion.

Cela étant, il est vrai qu’il est incompréhensible qu’un projet de loi n’ait pas été déposé immédiatement après la votation, voire avant (sous forme de contreprojet direct ou indirect). On relèvera au passage que le choix des initiants de proposer un texte de rang constitutionnel, sans prévoir explicitement ni délai de mise en œuvre ni compétence provisoire du Conseil d’Etat, n’est pas non plus exempt de reproches a posteriori.

Car on est évidemment toujours plus malin après…

Faites ce que je dis…
Ce qui est en outre assez intéressant, c’est de voir l’extrême droite, toujours prompte à dénoncer la République des juges, se servir sans gêne du recours au TF contre une décision largement acceptée par le peuple. Cela démontre une fois encore que pour certains partis, démocratie et Etat de droit sont à géométrie variable.

Au contraire, les partis démocratiques acceptent la décision du TF. Et se mettront rapidement au travail sur le projet de loi déjà déposé pour rétablir l’interdiction. Peut-être qu’un jour, pas si lointain, le droit à la santé des non-fumeurs et des salarié-e-s (tiens, encore un thème pour la Constituante !) primera enfin le prétendu « droit de fumer » et la « liberté économique » mal comprise auxquels s’accroche une certaine droite idéologique.

Etablissements non-fumeurs
En attendant ce jour, j’appelle les lecteurs et lectrices à voter une deuxième fois, avec leurs pieds, et à choisir les établissements qui font le choix de respecter la volonté exprimée par la grande majorité de la population. Si je reproduis ici cette liste, établie collectivement et régulièrement complétée sur Facebook, c'est sans vocation publicitaire, mais simplement pour faciliter la démarche des deux tiers de sondé-e-s qui se sont déclarés prêts sur le site de la Tribune à ne fréquenter que des établissements non fumeurs.

LISTE DES RESTAURANTS / CAFES / DISCOS QUI MAINTIENNENT L'INTERDICTION DANS LA TOTALITÉ DE LEURS LOCAUX (MERCI DE NOUS COMMUNIQUER VOS ADRESSES COMPLETES SUR LE "MUR"):


RESTAURANTS :

- Pasta d'Oro, Pizzeria, rue Micheli du Crest 16

- Côté Parc, 3 rue du parc

- Le Remor, place du Cirque 3

- Le Sumo Yakitori, restaurant japonais, rue de Monthoux 15

- Le Mikado, restaurant japonais, rue de la Terrassière 23

- Misuji Sushi, restaurant japonais, bvd du Pont-d'Arve 49

- Di Pasquale Pizzeria, rue du Beulet 5

- Le Sushi Train Kiteki, restaurant japonais, Rue Neuve Du Molard 21

- Les Recyclables, café-restaurant-librairie, Rue de Carouge 54

- Le Pied de Cochon, Place du Bourg de Four 4

- Le Mortimer, Place du Bourg de Four 2

- Mama Seuz', massage-tisanerie-petite restauration, rue Prévost-Martin 27

- Le Gabrien, restaurant allant vers le gastronomique, rue Roi-Victor Amé 8

- Le Nid'Poule, rue Adrien-Lachenal 26

- Palais Mascotte, cabaret et restaurant, rue de Berne 43

- Le Mango Deck, cours de Rive 20

- Feuille de banane, 29 rue de Carouge

- The Clubhouse, bar-restaurant à dominance anglaise, rue Philippe-Plantamour 25

- Le Passagio Binario Uno, gare Cornavin

- Café Gallay, boulevard Saint-Georges 42

- Café Papon, rue Henri-Fazy 1

- La Huchette, rue Fontanel 9, 1227 Carouge

- Via Roma, restaurant italien, Place du Marché 20, 1227 Carouge

- L'Auberge Communale de Carouge, rue Ancienne 39, 1227 Carouge

- La Chaumière, chemin de la Fondelle 16, 1256 Troinex

- Supatra, restaurant Thai, Rampe de la Gare 11, 1290 Versoix

- Le Relais Thaï de Vuillonnex, 1232 Confignon

- ...


BARS / CAFES :

- Café Sud, 14 rue de L’Ecole de Medecine

- La boulangerie-tea-room Au jardin d'Eden, 26 Grand-Rue

- Le Rouge et le Blanc, bar à vin, quai des Bergues 27

- L'Enoteca Winebar, rue du rhône 19

- Café Marius, bar à vin, place des Augustins

- La boulangerie-tea room, rue de Moillebeau 42

- …


NIGHTS CLUBS / CABARETS :

- Shakers, 4, rue Arnold-Winkelried

- … !!


AVEC EXCEPTIONS :

- Chat Noir, Rue Vautier 13, 1227 Carouge : le bar du haut est fumeur, le sous-sol non-fumeur

- Le Nonolet, Bd. Georges-Favon 5, fumeur le soir

- Le Café Restaurant Demi-Lune, rue Etienne-Dumont 3, salle à manger non-fumeur

- Le Calamar, Boulevard Carl-Vogt 91, à moitié non fumeur

- Soleil Rouge, bar à vin, boulevard Helvétique 32 : fumeur le vendredi et samedi (aie aie aie)


SE RENSEIGNER :

- L'Auberge de Collex-Bossy, 195 Rte de Collex-Bossy, 1239 Colley-Bossy

- Palais Mascotte, cabaret et restaurant, rue de Berne 43 : est-ce que le cabaret est lui aussi non fumeur ?

Source : http://www.facebook.com/group.php?gid=28794548405 (état: 11.10.2008)

Les utilisateurs et utilisatrices de Facebook peuvent compléter directement la liste sur cette page. Les autres peuvent le faire en utilisant les commentaires.

20:35 | Tags : fumée, fumeur, santé, droit, liberté, constituante, établissement | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | |